Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 décembre 2015 6 26 /12 /décembre /2015 22:53
Juan Baptiste au RuedoJuan Baptiste au RuedoJuan Baptiste au Ruedo
Juan Baptiste au Ruedo
Juan Baptiste au Ruedo

Encore une belle rencontre au Ruedo, tout d'abord avec l'Artiste qui est intervenue pour la Goyesque de cette année : Marie Hugo. Marie Hugo a de qui tenir et elle nous avait amené ses oeuvres que tout le monde a pu contempler. Nous avons échangé avec elle sur son désir de faire descendre le Ciel au milieu des arènes. Pour finir cette première partie, nous avons regardé la maquette d'un film sur ce grand moment. Film qui cherche encore des financements et dans ces temps perturbés, ce travail du réalisateur François Manceaux prendrait tout son sens et mériterait d'aboutir, nous en reparlerons.

Ensuite beau dialogue avec Jean Baptiste Jalabert, Juan Bautista qui avec Zocato s'est livré sans retenue, avec le sourire, beaucoup de gentillesse, de simplicité et d'enthousiasme. Le torero a confié que les toros étaient sa vie depuis qu'il est tout petit. Son grand père, son père passionnés de toros et de tauromachie n'ont pas eu besoin de le pousser. Il a estoqué son premier "toro" avant la 6 ème et toujours su qu'il deviendrait torero. Le chemin est long et jamais achevé. A tel point qu'il avait même décidé en 2003, d’arrêter : entre envie de vivre autre chose, insatisfaction de ses résultats et incertude du geste et de la perfection recherchée le jeune torero ne se voyait pas continuer. Il arrête donc, sans envisager une seule seconde de revenir. Il monte à Paris, fait la vie et un jour il doit organiser un gala de soutien aux victimes des inondations de décembre 2003. Il s'attelle à la tache et commence à organiser une corrida. Il contacte des maestros et Manzanares père qui donne son accord mais à condition que jean Baptise soit au cartel. Et voila notre torero qui revient à l'entrainement, et finit par revenir à Paques 2004 avec au paseo pas moins que José María Manzanares (père), bien sur mais aussi Manuel Benítez « El Cordobés », Emilio Muñoz, Paco Ojeda, Espartaco et notre Juan Bautista face à des novillos de Victoriano del Río.

Et ce fut grand moment d'émotions et de triomphe, pour un nouveau départ. Beaucoup de travail bien sur et de technique. Le maestro au cours de sa longue carrière n'a pas souvent été blessé, certains ont même prétendu que c'était du à son manque d'engagement. C'est un peu court parce que c'est évidemment sa technique qui lui épargne les mauvais coups. Sa technique qui lui vaut surtout d'être un grand tueur. C'est simple, c'est une histoire de rythme...argument til sans rire... " un et Deux" ajoute t il facétieux pour corroborer ses dires... et de joindre le geste élémentaire et de base à la parole aussi simple et sans esbroufe. Heureusement, Il conclut le sujet en précisant qu'il a beaucoup travaillé ce geste, (sans cesse sur le métier( et qu'il n'a de cesse que de le perfectionner. avec ce travail intensif et permanent, Il a aussi les moyens de tenter très souvent (et de réussir) le geste à Recibir. C'est un de nos grands plaisirs avec ce maestro. Il le fait soit parce que la faena a été parfaite et qu'elle mérite une belle conclusion. Soit parce qu'au contraire ce ne fut que moyen et que tentant le tout pour le tout il peut par là sauver sa faena et récupérer un trophée.

Simple aussi : toréer les yeux du toro, ne pas les perdre de vue, jamais ! et continuer sans cesse à prendre du plaisir. Du plaisir aussi à monter les cartels dans sa nouvelle fonction. Empresa des arènes d' Arles où bien sur il saura et aura à coeur de monter de beaux cartels, des cartels pour qu'il se passe quelque chose.

Ce que l'on peut toutefois lui reprocher c'est bien de nous avoir rien livré de ce qui se passera à la prochaine feria de Arles. A part que l'on sait qu'il s'est engagé à ne pas y toreer, (en revanche il sera là pour la goyesque), rien n'a filtré... Prudent et professionnel le maestro n'a rien voulu dire pour préserver l'effet de surprise, le 22 janvier à l'annonce des cartels , présentation de l'affiche, toujours un bon et grand moment qui permet à 'aficon de se retrouver en tout tout début de saison.

On a donc passé un très bon moment, on sait qu'on le regardera autrement, qu'on le suivra bien sur comme d'habitude, mais sans doute un peu mieux; parce que la connaissance est un premier pas vers la bienveillance et la compréhension vis à vis des toreros et des toros.

Merci Maestro, Suerte et à très vite pour faire un bilan de votre première année dans vos nouvelles fonctions avec toujours la même passion et le même bel enthousiasme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Emma Falubert
commenter cet article

commentaires

CAUSSE jean claude 11/03/2017 11:34

Bonjour, sculpteur pro, je souhaiter savoir si vos organisiez des expositions dans vos locaux .Je suis à vôtre disposition pour toute info qui n'est pas sur mon site.
Pour mémoire, J Bautista recevra à CAPTIEUX fin mars de Rugby et Toros, un trophée dont je suis l'auteur.
Je vous remercie par avance de l'attention que vous porterez à ma requête , et dans l'attente de vous lire, très cordialement.
JC Causse.