Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 décembre 2016 5 23 /12 /décembre /2016 20:02
et à la fin c'est toujours la vie qui triomphe...

et à la fin c'est toujours la vie qui triomphe...

Au Ruedo, pour finir cette année et commencer la prochaine, nous ne tomberons pas dans la sinistrose ambiante. Nous sommes surs de notre fait : tout va bien et la vie est belle !

Disons le, sans bravade ni provocation aucune, question de tempérament, au Ruedo on serait plutôt du côté de ceux qui voient le verre à moitié plein plutôt que le verre à moitié vide.

Il n’est pas question bien sur de se voiler la face et de ne pas tenir compte des malheurs et des drames dont la vie du monde fut gravement affectée cette année mais dans la tourmente, nous aurons toujours en tête qu’à la fin, c’est toujours la vie qui triomphe…

Nous ne balaierons pas non plus, d’un simple revers désinvolte, les alertes ici ou là et les difficultés du monde taurin… mais nous ne céderons pas à un certain fatalisme. La fatalité n’est pas de notre ressort parce qu’au contraire nous sommes persuadés qu’il doit être possible ne pas se faire bouffer de l’intérieur par de sempiternelles querelles intestines, des visions archaïques et rétrogrades et des sentencieux « c’était mieux avant » trop souvent partagés par paresse et négligence et lourds à digérer…

Pour nous, Il y a au contraire mille raisons de se réjouir à l’arrivée de cette nouvelle année…

Ne serait ce qu’à regarder la belle vie du monde taurin français…

C’est la création du Club Toros de France, pour « réunir autour des éleveurs de taureaux de combat des chefs d’entreprises, des élus et des particuliers afin de mieux faire connaître le métier d’éleveur et favoriser ainsi la défense de la culture taurine ». C’est nouveau, volontaire, plein d’énergies et de bonnes intentions, Un rebond vital et malin pour l’avenir des toros et des éleveurs français. À suivre et à soutenir.

Le comportement des novilleros à l’image de Tibo Garcia et de Andy Younes qui se battent pied à pied et avec beaucoup de cœur, ici et ailleurs pour triompher…

Et aussi leurs ainés dont nous pouvons être très fiers…

Thomas Joubert, si fort et si fragile à la fois qui s’engage toujours avec sincérité et sans calcul, et qui mériterait mieux.

Juan Leal qui triomphant en Espagne, continue à s’engager pour la promotion de la tauromachie avec la belle manifestation de La Fraga ( Fevrier 2017)

Juan Bautista qui chef d’entreprise reconnu réussit en douceur et efficacement la mutation des arènes de Arles et artiste dans le Ruedo triomphe de la plus belle des manières à Arles, à Nîmes et partout en Espagne…

Sebastien Castella qui après son beau « seul contre 6 » continue avec beaucoup d’ambition, d’énergie et de volonté son chemin vers la perfection et le geste parfait…

Mehdi qui en fêtant ses 10 ans d’alternative a pris deux oreilles à la corrida concours de Arles.

Marc Serrano, bel exemple de ténacité et de courage, qui a force d’y croire, de ne rien lâcher, tout à fait humblement mais avec une détermination exemplaire, vient de triompher deux fois de suite au Mexique… `

Sans oublier Lea Vicens, la belle cavalière, première de l’escalafon 2016 et qui n’en finit pas de progresser.

Et enfin le triomphe absolu pour Simon Casas, notre torero, apoderado , empressa, écrivain, bateleur, poète et grand funambule qui a pris la direction des plus importantes arènes du monde et qui prépare le renouveau dont la tauromachie mondiale a besoin…

Et puis il y a tout le reste, ces « je ne sais quoi et ces presque rien » qui ont tant d’importance, ces petits riens du quotidien, partout et là bas, ici et ailleurs, pour vous et pour moi, pour eux et tous les autres, qui finissent sans vacarme, sans esbroufe, tout doucement, par tout transformer…

Par exemple, ce colloque au sénat qui restera un moment fort et très important de l’année ( lire absolument les minutes de ce colloque )

Le prix Hemingway qui continue et qu’il faut lire bien sur et dont on attend la prochaine édition avec impatience. Le prix Livre & Aficion remis par l’UCTPR et le Ruedo Newton cette année à une association Mexico Aztecas y toros qui fêtera ses 10 ans de manière spectaculairement taurine bien sur… (on en reparlera)

Il y a aussi le retour de Notre cher président dans les Ruedos, l’arrivée de Sofia Chez Esteban et Emmanuelle, le renouvellement du bureau du Ruedo, la bonne santé et le sourire d’Auguste, les drôleries de Léo, le retour des cotons tiges en bois, le recul des ventes des sandales Birkenstock face au retour de la Charentaise et du Beret Français, mode in France, la réapparition de la pétanque et du saut à Pieds Joints aux JO (on peut rêver), le maintien des écoles taurines ( malgré les attaques des antis) , le retour en forme du Bel Ami, la promesses de bons spectacles, de Odino en passant par ceux à venir de Felix Tampon, les réussites de mon ami Gilbert dans son Ruedo du Blanc Mesnil, l’incroyable talent de l’ami Antonio, la lecture de Sollers (et oui), et toujours l’Education de Gustave ( sentimentale et autres…) ou récemment un retour sur la Chartreuse du vice consul… la découverte de Donald Ray Pollock, Di Rosa à la maison Rouge (jusqu’en fevrier), la belle surprise Urs Fisher à la Fondation Van Gogh à Arles, le drôle de mano a mano Cy/René et le triomphe de l’américain à Beaubourg ( je sais ça se discute…) Et pour finir mais sans conclure, cette réflexion badine en forme de citation, trouvée dans l’excellent « Parmi les cendres » de Manuel Arroyo Stephens, à propos de Bergamin, de l’aficion et d’une certaine philosophie…

« Un jour nous fîmes une halte à Cordoue à l’heure du déjeuner, nous commençâmes par aller visiter la mosquée. Nous déambulâmes un moment en silence à travers la forêt de colonnes plongée dans la pénombre. En sortant, Bergamin s’immobilisa au pied du minaret de la cour des orangers qui mène à la la rue et observa longuement les arcs aveugles de la mosquée. J’avais très faim et ne savais comment l’arracher à sa contemplation. Ces arcs qu’on voit sur la droite c’est la mosquée originelle , celle que construisit al-Hakram, commentai-je timidement. Il entra dans une colère noire. Je suis en train de contempler cette merveille, et toi, tu ne trouves rien de mieux que me donner des leçons d’histoire ! Il n’en fallait pas plus pour me gâcher cette merveilleuses vision ! je vois que tu ne comprends rien. Mais rien de rien ! Si tu continues , tu vas bientôt troquer tes habits d’aficionado contre ceux d’un vulgaire spécialiste. Il ne manquait plus que ça , que tu rejoignes toi aussi le camp des imbéciles ! ajoute t il en faisant une moue (…) »

Voilà, pour notre part, c’est sur, nous ne serons jamais des spécialistes de quoi que ce soit mais toujours des amateurs de tout…

et bien sur « notre vie sera taurine, la mer immense et nos désirs sans frein. »

Bonne année à toutes et tous

On se retrouve le 26 janvier au Ruedo parisien avec des surprises !

Nous vous tenons au courant.

Soyez prudents en faisant les fous, ne serait ce que pour continuer !

Partager cet article

Repost 0
Published by Emma Falubert
commenter cet article

commentaires