Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 00:39
La tauromachie est une longue patience, comme le génie, mais le génie en plus dans nos vies ordinaires  il se fait rare. Sauf peut être celui de la lampe… Vous savez celui qui apparaît lorsqu’on la frotte et qui exauce les vœux  des plus simples aux plus fous.
Tout à l’heure on ne sait pas qui a frotté, ni exactement quoi, mais  il semble que l’esprit de la lampe nous ait exaucé quelques bons vœux pour ce début d’année taurine.
D’abord, le temps : on craignait et la pluie et le vent, on a eu du soleil entre des nuages très hauts et de la douceur, une vraie douceur comme une caresse.
Et puis mine de rien ces toros, dont on n’était pas bien sûr : bien présentés certes mais avec ces tailles mannequins, on peut craindre le pire, Et bien ils se sont bien comportés, donnant finalement du beau jeu aux maestros. Même le plus étrange, celui qui semblait avoir déjà vu le film tant il fonça directement sur le cheval, et refusa un dialogue de cape, comme si il en connaissait la teneur. D’ailleurs parce qu’il semblait refuser les règles, on l’a cru Manso, mais Sébastien lui avait compris. Inspiré du Génie de notre lampe autant que par le sien, il sait que l’animal rebelle peut donner quelque chose. Et pour le trouver ce que quelque chose qui fait la différence, il l’a donc pris dans sa muleta, de très près, très près, lui coupant l’herbe et le sable  sous le pied, l’empêchant de se distraire,, l’obligeant à le suivre, une grande leçon de tauromachie et de domination. Et puis lorsque le torero eut repris la main, il lui redonna de l’air et de l’espace pour finir le combat, d’égale à égale, avec toujours beaucoup de classe et d’élégance.
La ta    uromachie est une longue patience, patience de vivre de petits et de grands moments d’émotions, uniques et différents. Moments de grâce, celle du cœur cette fois, lorsque l’on voit deux jeunes hommes se retrouver au milieu du rond pour se dire des mots d’amitié peut être, de respect probablement, ou même simplement des mots convenus. ça n’a pas d’importance et on ne saura pas, mais il y a dans cette intimité publique, une vérité secrète inaccessible pour nous tous dans les gradins qui résonne comme les vieux serments de chevalerie ou même d’ancestrales et mythiques formules magiques de dieux anciens, échangées sous nos yeux… et c’est sans doute encore grâce au génie de la lampe que l’on doit de partager ces instants volés.
Coup du génie encore de voir Juan Bautista, se battre avec beaucoup de générosité et servir ces toros au mieux de ce qu’ils pouvaient donner.
Demain sera un autre jour, génie ou pas génie la féria est bien partie.

Partager cet article

Repost 0
Published by Emma Falubert
commenter cet article

commentaires