Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2009 1 13 /04 /avril /2009 14:02
La tauromachie est une longue attente, une de ces attentes qui fait vivre, qui angoisse ou excite, qui motive ou décourage, qui gâte ou embellit. Une attente avec les sentiments non contrôlés qui vont avec, qui permettent aux empressas d’entretenir les désirs et les espoirs, les craintes et les méfiances des aficionados…
« Attendez, on va vous montrer et vous allez voir ! »
qu’ils nous disent sur leurs affiches, et on attend, on voit ou on ne voit pas, on y revient ou on s’en va, on oublie ou on continue à attendre encore et toujours, et on aime ça au fond. Alors, par exemple, on attend la date…
 « Et Pâques en 2024 ? ça tombera un quel jour ? l’année dernière, c’était plus tôt, non ? Personne ne sait, ça change tout le temps, mais  qu’est ce qu’il a fait froid… »
« Et donc la pentecôte, cette année, avant l’ascension !? ou après les rameaux ?… mais c’est quoi les rameaux ? »

L’attente est floue, ignorante ou un peu idiote parfois, peu importe, elle est de toute façon universelle. Pragmatiquement, on pourrait attendre aussi que quelqu’un se souvienne de la formule de calcul de la date de Pâques (1) et de l’ordre de ces fêtes qui célèbrent les toros…(2) 
Au quotidien, on attend les vieux amis qui viennent tous les ans et ceux qui ne viendront sans doute pas, (En fait, ça fait 10 ans qu’ils ne sont pas venus, mais on les attendra tout de même). On attend de nouvelles rencontres qu’on attendra aussi les années qui vont suivre. On attend les nouveaux livres, les livres anciens en bon état et les belles photos et autres cartes postales…
On attend ! Peut-être simplement pour attendre autre chose que la vie du tous les jours qui passe, ordinaire…
Et parce que la pluie ne semble pas cesser, on attend une meilleure météo, de bons toros, des nouveaux héros, des petits nouveaux, d’anciennes gloires de toujours. On attend…
Hier on attendait effectivement que la pluie s’arrête, que les courses recommencent, que les Miura y soient Miura… et ils l’ont été. On attendait Padilla, qui fut Padilla… Certains lui reprochent étrangement de faire toujours du Padilla ! Mais qu’est ce que l’on veut attendre de plus ? qu’il soit autre chose ? à la limite, on pourrait attendre qu’il soit encore plus Padilla, ou peut-être simplement encore mieux Padilla… Mais c’est tout de même parce qu’il est Padilla qu’on l’aime et qu’on l’attendra encore… On attendait  Rafaelillo, et surtout qu’il tue bien. S’il fut dominateur parfois, on l’attendra encore pour le coup d’épée. Et puis on attendait Julien devant les Miura, il s’en tira honorablement, sans toutefois jamais trouver ni sa place, ni le bon tempo, face aux mastodontes d’Eduardo.  Alors on attendra… Julien, Padilla et Rafaellilo, et tous les autres, qu’ils aient été bien ou moins bien ou même pas du tout… On attendra parce qu’on y croit… et puis, au fond, qu’est ce qu’on ferait de mieux si on n’attendait pas ?
La tauromachie est une longue attente qui nous accompagne, comme l’attente de la vie éternelle accompagne ceux qui y croient, ça les fait tenir… On sait que comme la flèche de Zénon qui n’atteindra jamais sa cible, notre attente ne sera jamais assouvie et c’est tant mieux, c’est aussi pour ce paradoxe que nous serons toujours heureux d’attendre.

1 / La date de Pâques, mobile dans notre calendrier actuel, a été fixée, après trois siècles de controverses, par le concile de Nicée en 325. La règle, toujours en usage, est la suivante : « Pâques est le dimanche qui suit le quatorzième jour de la Lune [pleine Lune] qui atteint cet âge au 21 mars [équinoxe] ou immédiatement après ». D'après cette règle, Pâques peut donc occuper, selon les années, trente-cinq positions dans le calendrier, du 22 mars au 25 avril inclus… c’est simple non ?

2 / Le plus efficace c’est d’utiliser l’excellent guide Hubert, Temporada 2009, mais pour 2010, on attendra les suivants, évidemment.



Partager cet article

Repost 0
Published by Emma Falubert
commenter cet article

commentaires