Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mai 2009 7 31 /05 /mai /2009 01:47
Que La corrida ait quelque chose de fondamental à voir avec le temps ne fait plus aucun doute pour personne, après la corrida de ce vendredi soir : comme si les grands triomphes dessinaient d’abord des histoires de temps. Des histoires pour éclairer autrement ce mystère qui passe… Et proposer autre chose : une pause dans ce courant qui  file inexorable, un souffle en plus pour durer un peu mieux, un arrêt sur image pour une éternité qui n’en finit plus de nous echapper ou simplement l’émotion pure de la silencieuse musique  du geste torero... et peut être tout cela à la fois…
Ce Vendredi, dans les arènes de Nîmes, les trois maestros n’ont pas arrêté le temps, ils en ont montré concrètement  les dimensions cachées et réinventé les profondeurs secrètes.

A son premier toro, Conde ne l’a pas pris, le temps, il l’a laissé filer, un peu désinvolte, impuissant, comme à son habitude, qu’on a pensé à ce moment là. Mais, on l’a compris après,  ça n’était ni son heure, ni l’endroit, ni le bon  toro.  Alors, il s’est rentré derrière son burladero, non pour se cacher, ni en abandonnant comme il le fait parfois… non juste  pour patienter et  attendre son heure, qui, il en était sûr, viendrait.
Avec Tomas, c’est encore une autre histoire de temps qui se dessine. Différement. Une histoire d'un autre temps... le sien et le nôtre, juste  ici et maintenant et pour toujours. Parce que , lui, on peut dire qu’il le prend le temps, pas au sens où on prend son temps, pour dire qu’on ne se presse pas… non, il prend le temps, dans sa cape et sa muleta, pour se le réinventer. C’est comme s’il parvenait à distordre  cette rigide courbe du temps, à se l'approprier, en lui donnant une densité, à la fois profonde et légère, lui conférant une évidence, paradoxalement impossible, parce que "réellement" surnaturelle. Ce n’est plus le temps qui passe ni qui s’arrête, c’est là devant nous un espace, un espace temps, où le temps vient se dissoudre dans un idéal mélange d’émotions païennes et de ferveurs mystiques. Et ça dure, ça dure, et ça résonne profondément dans nos esprits et nos mémoires.
Pour Téjela, le temps c’est encore une autre histoire, une histoire de vitesses et d’impatience. Lui, il ne veut pas le voir filer, et il ne veut pas le perdre, son temps, ce temps qu’on lui donne, qu'il veut rattraper et qu'on lui dirait compté... alors il fait tout vite, avec une énorme énergie et une volonté sans faille. Il n’a pas de temps à perdre, il ne veut pas le sentir se le faire voler et ainsi rater la rencontre. On le sent dans cette tension, cette puissance survoltée, comme si il trépignait et s’impatientait. Il fait tout vite, et bien. Et le toro passe et repasse, et de dessiner clairement, avec le torero, comme des limites au temps à qui il semble dérober les instants...
Ce sont ces limites du temps et leurs contingences qui sont abolies et dissoutes, au contraire, lorsque dans les arènes se rencontrent à la fois un toro d’exception, et un torero artiste et fantasque. Un torero dont on pensait sincèrement que son art consistait juste à savoir exposer, exploiter, mettre en scène au grand jour une intériorité manièrée, de parade, voire roublarde et grandiloquente. Une autre histoire de temps... un temps pour Un toro d’exception donc et un torero artiste, juste et généreux qui se livre et fait de cette rencontre, une merveille d’art et d’émotions, probablement parce qu’en phase avec une sincère quête d’absolu…
Une histoire de temps, cette corrida... de temps qui changent, aussi parce qu’on a vu de nos yeux vu, que Tomas n’était pas seulement un phénomène des medias, que Durand et les autres avaient mille fois raison, qu’on a retrouvé les promesses anciennes de Tejelas que Casas en son temps avait su déceler, et que pour finir nous sommes nombreux à avoir changé d’avis sur le Conde… qu’on ne verra plus jamais comme avant parce que nous étions là à Nimes, un 29 mai 2009.

Partager cet article

Repost 0
Published by Emma Falubert
commenter cet article

commentaires