Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 01:05

Beaucoup de monde, et du beau, dans le calejon, hier soir au Jgo, bien avant l’heure du paseo. On se pressait autour du bar et des tonneaux, sous l’œil indifférent de ce beau toro de Vic qui s’en fout ouvertement et regarde pour toujours ailleurs. Ici, le vin est bon, le jambon délicieux et l’accueil sobrement chaleureux. Les femmes y sont belles et les hommes pas si cons, ça pépie et pétille gaiement, et bien qu’il fasse moins douze sur le trottoir, à l’intérieur, ça sent bon l’été et la chaleur des soleils des ruedos du monde entier. On s’y sent bien, dans un ailleurs indéfinissable, quelque part entre Séville, Toulouse, Nîmes, Palavas, Aguascalientes, Arles ou Vic, Bayonne et Dax, en tout cas, partout où des hommes rêvent de toros.

Et puis du beau monde au paseo ! un Paseo de festival, prestigieux, sympathique, chaleureux, hétéroclite,  riche de toutes les différences, de tous les savoir faire, de toutes les envies et de tous les regards possibles.

Zocato en chef de lidia, en pleine forme, vraiment, pour donner de vraies (bonnes) nouvelles de José Tomas, résumer les 4 bons jours et les 10 oreilles de Séville, nous faire espérer Madrid, revoir Arles en pointillé, rencontrer Torito,  présenter les toros de la feria de Dax, et préparer, mine de rien un mano à mano dont on reparlera au Ruedo Newton.

Il y a aussi Jean François Mengele, qui fait sans relâche de beaux et bons plans sur les comètes taurines, toujours en avance d’un voyage de rêve.

Un paseo de prestige, avec encore des artistes, racontant aussi des histoires, mais autrement, comme José Manrubia, torero, qui vient de réaliser l’affiche de Bayonne, ( encore Bravo maestro !) et qui expose quelques unes de ses œuvres au JGO, ou Roger de Montebello que l’on pourra découvrir à la galerie Arthème 31 rue de Beaune, dès le 4 mai.

Il y a Maurice, des Amis de Roman Perez, toujours prêt à dégainer un de ses  projets un peu fous qu'il planque dans son costume ; Elisabeth et Agnès de toutes les ferias ;  Eric, Serge et sa bande, toujours prêts, entre deux éclats de rire, à partir, en moto, ou même en flipper, pour n’importe où, pourvu qu’il y ait des toros et du bon vin. Il y a aussi beaucoup de fidèles de tous les clubs taurins parisiens, il y a des amis et amies venus de Arles, de Nîmes, de Vic ou de Dax, et même de Nancy, des amis venus des bureaux alentours, ou de plus loin, des travailleurs de la Défense, des venus par hasard, des venus essayer ou boire un coup ou goûter les cœurs de pigeons (excellents),  en tout cas, tous Maestros, chacun à leurs manières, et  qui font vivre et vibrer cette belle temporada parisienne.

Et puis, à tout Seigneur, tout honneur, le maestro Francis Wolf, philosophe dont nous sommes tous très fiers, (et oui Francis…), d’abord parce qu’il ouvrit les fêtes à Séville, et on peut ( et on doit)  revoir sa très belle et très vibrante  intervention sur le site Signe du toro … mais aussi parce qu’il nous rend intelligent ( en tout cas moins bête) en dépoussiérant le discours de l’aficion, et en redynamisant la réflexion sur notre passion et l’art que nous aimons. Avec lui, nous sommes sûrs, maintenant, que si le toro ne pense pas, au moins il donne à penser.

Tous les trophées pour tous, donc, et prochain rendez vous de la temporada parisienne, au  JGO à la rentrée, dans les gradins de toutes les ferias du monde, et au Ruedo Newton, vers le 10 juin…    

Partager cet article

Repost 0
Published by Emma Falubert
commenter cet article

commentaires