Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 mars 2010 7 21 /03 /mars /2010 17:39

On a tous dans la tête le souvenir de toros qui s’ennuient le dimanche, ou de fauves bien présentés, mais qui s’effondrent au cheval et ne cherchent que l’homme pour éviter le combat.

Tous en tête des promesses de toreros… aux lendemains qui déchantent,

tous l’horrible trace de leurs véroniques sans âme et du souffle court de  leurs naturelles alourdies. Et le souvenir de combien de matinées, sans lendemain et d’après midi sans suite ? Combien de promesses mal tenues ? de routes parcourues pour rien, pour juste un paseo de plus…

Et malgré tout, on  y retourne  et on y retournera, parce que l’espoir fait vivre bien sur, et qu’au détour d’un après midi de plus, on sait malgré tout, pouvoir y frôler le sublime, dans un geste, un enchaînement de gestes impossibles, qui dessine, en fulgurance, un morceau d’éternité,

ou parce que, dans le regard ironique et roublard d’un éleveur un peu sorcier, on a perçu la classe, la noblesse et la générosité d’un homme tout simplement,

Ou encore, parce qu’un  jour, une figura, au sortir d’un triomphe, nous a simplement et humblement dit merci d’être là…

Pour tout ça et pour bien d’autre chose à venir,  on y retournera encore…

On y retournera aussi parce qu’au détour de cette passion, de ce mode de vie,  de cette vision du monde, on y a fait des rencontres, des vraies, des rencontres avec des gens uniques, rares et si précieux… comme ces très, très grandes gueules, à la mauvaise foi savamment et précieusement distillée, qui ont déjà tout vu… ou ces autres savants obséquieux et pédants qui pensent toujours que tout était mieux avant, ou encore ces courtisans fatigants, ces experts fatigués mais qui n’en savent pas plus, ou tous ces ignorants magnifiques et ces candides généreux qui ont tout de même tout compris ; en tout cas, tous, des espèces d’imbéciles heureux, passionnés de toutes cornes, partiales et engagés, qu’on retrouve avec plaisir, là bas, où nous partageons cette passion impossible, singulière et vitale… 

Et puis on y retournera aussi parce qu’un jour on a vu un vieux belluaire, à son dernier combat, sourire comme un enfant… ou parce qu’un matin, on y a vu un gamin, un très jeune homme, tout frêle, s’arrêter au milieu des cornes d’un toro dominé… et là, espérer que tout soit enfin possible.

C’est justement pour tout ça et pour cet espoir entrevu, que le Ruedo Newton y retourne et  s’associe à la prochaine FERIA DE PAQUES, EN ARLES, à la Pena des Amis de Roman Perez pour remettre le prix du meilleur Novillero de la Novillada du samedi matin.

Une récompense en forme de petite pierre à l’édifice, pour que ces combats ne soient pas tout à fait vains et que le mystère de cette fête magnifique se perpétue.

On en reparle.

Partager cet article

Repost 0
Published by Emma Falubert
commenter cet article

commentaires