Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 juillet 2010 4 29 /07 /juillet /2010 02:45

Nous n’irons plus à Barcelone !

L’abolition de la corrida y a été prononcée !

Au delà de toutes polémiques, qu’est ce que cela signifie au fond ?

Cela signifie, avant tout, n’en déplaise à tous ceux qui voudraient par ce choix affirmer une spécificité et un esprit d’indépendance, le glissement vers une autre dépendance, plus retorse, plus commune et sans doute plus prégnante, parce que issue de ce que l'on appelle la pensée unique, celle prétendue du plus grand nombre. En effet, par ce choix, se construit une autre façon  perverse de vivre la globalisation du monde, qu’aujourd’hui plus personne n’ose raisonnablement contester, sinon questionner. Nous passons en effet au temps où les « régions », définies avant tout par une unité linguistique, autant que par une culture, des us et des coutumes, se voient subordonnées, en toute conscience démocratique,  à des influences externes, des idées venues d’ailleurs. et plus précisément, de la culture anglo-saxonne. C’est donc la fin annoncée d’une certaine culture du Sud, au profit, non seulement d’un savoir-vivre venu du nord et de l’ouest, avec ses pâtes cuites aseptisées, ses bières tièdes et ses hypocrisies bien pensantes et politiquement correctes… Mais, aussi et surtout, au profit ( c’est le cas de le dire) de « l’amorale » et des vertus des échanges économiques et commerciaux triomphants… et oui ! l’hégémonie économique du Nord contre le vieux sud : Le port de Barcelone, à l‘instar des ports Belges, britanniques ou danois,  est devenu un des principaux ports du bassin méditerranéen, de dimension mondiale : il ne peut donc plus accepter d’être le théâtre de cette « barbarie » d’un autre temps. « Soyons corrects, messieurs, le monde nous regarde ! »

Barcelone aujourd’hui est une ville propre : les mauvaises filles du Chino Barrio n’iront plus trainer au bois de Montjuic,  les cabanes et les moules fraîches de la Barceloneta ont disparu depuis 92, au profit des exploits marketés de la Dream Team américaine  de Magic Johnson et de son coté, Pepe Carvalho a remisé sa license de détective et ses petits plats secrets au clou : plus rien à becqueter sur le dos des assassins des Ramblas et du Barrio Gothico : les cadavres n’ont qu’à bien se tenir, aujourd'hui l’ordre règne au pays des délires de Gaudi et de cet autre inspecteur Mendes qui préferait l'humanité des ruelles interlopes aux mondanités des avenues policées !

Cela signifie aussi qu’un certain rapport au monde est battu en brèche, voire mis en danger, parce qu’il s’agit par là de "comprendre"et d’entériner l’idée que le monde contemporain serait régi et guidé par des lois... évidemment justes et indiscutables et des vérités objectives, venues d’une certaine idée (objective et intrinsèque)  du Bien et du Mal… autrement dit de Dieu et du Diable ! (et l'on comprend par là que l’archaïsme n’est pas nécessairement où l’on voudrait qu’il fût). Dieu est mort, pensait-on, mais il a laissé quelques traces… structurantes, semble t il, sans compter les préceptes éclairants : l’homme est bon en soi ! Et l’animal aussi ! Mais l’Homme peut aussi être méchant, le pauvre animal, quant à lui, est lnnocent et irresponsable ! Les animaux ont bien sur comme les hommes des droits, quant  à leurs devoirs, la providence y pourvoira. La mort est une bien vilaine chose qu’il vaut mieux éviter de regarder en face. Quant aux combats pour la vie, et les difficultés qui vont avec, ce sont des conneries sans intêret qu'il vaut mieux éviter également d'évoquer. : la vie est belle et l'harmonie parfaite et tranquille serait  le propre de l'homme moderne. Ensuite nous serions tous égaux, hommes, animaux et plantes vertes… au même titre que les affamés du Sahel, les enfants qui bossent dans les mines en Chine, ceux qui tissent nos baskets en Indes,  les traders de New York et les mendiants de Delhi… Bref, la tauromachie éradiquée, le pas le plus important vers une humanité apaisée et moderne est fait,

« Dormez tranquilles, braves gens, les députés Catalans nous ont sauvé du pire ! »

Et pour conclure sur le meilleur, et sur les réflexions que cet épisode de la vie taurine inspire, on pourra  aussi noter qu’en d’autres temps, des missionnaires bien intentionnés, proposaient à des civilisations égarées, exotiques et  lointaines de revenir dans le droit chemin, au nom des mêmes certitudes : il existe une seule vérité et un grand dessein : «  Vous êtes dans l’erreur mes braves, suivez nous,sur le droit chemin et vous serez sauvés… » Le même prosélytisme agressif de certains, provoque encore aujourd’hui et quotidiennent quelques milliers de morts injustes et entretient cet archaïsme que l’on voit poindre dans tous ces excès d’intolérance.

Cette interdiction signifie aussi que le bon peuple Catalan, pensant faire un pied de nez à l’Espagne dominante et donner la leçon à une civilisation arrièrée et sauvage, se prive de l’ expression d’une culture… universelle, quoi qu’ils en pensent… universelle parce qu’elle se partage, qu’elle dit, traduit, dessine, respire, enflamme, reflète, au delà de tous les clivages et de toutes les politiques, la place fragile et incertaine de l’homme dans ce monde chaotique et violent…

Tant pis pour eux…La fête continue, ailleurs !

Et de notre côté, nous continuerons à aller aux arènes, tous ensembles,  toreros, toristas, toreristas, professionnels, amateurs, touristes  hommes, femmes, enfants, ailleurs sous d’autres cieux, pour partager le mystère et la joie, l’exaltation de la vie et d’une certaine idée du bonheur.

Partager cet article

Repost 0
Published by Emma Falubert
commenter cet article

commentaires