Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 novembre 2009 7 15 /11 /novembre /2009 00:43

La corrida est mouvements, bien sûr, elle est gestes, aussi, gestes et poses, poses et postures… Mais avant ?… Juste avant, elle est attente !

Une attente immense et insaisissable,  immobile et concentrée, une attente vide, lourde ou fébrile, une attente tranquille, inquiète ou exaltée, et toujours une pause silencieuse et muette au milieu des vacarmes … un espace improbable en forme de grand moment de solitude, sans retour, sans compromis et sans esbroufe… un moment mystérieux, grave et caché dans l’obscurité d’un couloir de pierre, d’avant la lumière, si étrange que dans l’agitation d’un commencement qui n’en finit pas, il semble que le corps et l’esprit du torero s’absentent et s’oublient… Ce moment unique du torero, où ne lui reste que cette respiration intérieure, secrète et invisible, qui donnera du souffle à l’âme et de la force à l’intelligence ou l’inverse… le moment du torero !… Un moment où les regards se vident, où ne restent souvent, comme pour donner le change à nous, pauvres humains ordinaires, que les apparences des fils d’ors et des broderies d’apparats… Apparats, apparences, pour voiler et protéger ces moments d’intériorité intense, impartageables évidemment, insaisissables par essence… Moments secrets et uniques que Christian Gaillard nous donne dans ses peintures, non seulement à voir mais à vivre. Il immobilise et fixe dans un réalisme « illusoire » et tronqué, cette attente et cet espace impossible, inatteignable et sublime que dessine secrètement le torero...

« Réalisme Illusoire et tronqué »… parce que ce ne sont pas seulement des costumes de lumières de torero que peint l’artiste à la perfection, mais cette charge immobile et contenue, infinie et si brève d’avant le combat… Des toreros qui, là, sur la toile, tournent le dos à la lumière, à nos regards, comme si finalement dans ces moments intenses, il ne s’agissait pas d’aller vers la lumière mais d’être capable d’affronter l’obscurité et l'inconnu… Au de là des apparences, La singulière beauté des toiles de Gaillard est là dans cette question qu’il pose encore, sans jamais nous proposer d’autres réponses  que celles à inventer dans le secret de nos propres regards…

exposition Chirstian GAILLARD

Partager cet article

Repost 0
Published by Emma Falubert
commenter cet article

commentaires