Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 février 2010 5 26 /02 /février /2010 00:06

Comme au cinéma, il y a les stars, et les espoirs, il y a les films d’auteur et ceux des faiseurs, il y a les blockbusters ratés et, des ratages pas si mal, il y a des surprises, les navets, et des « à tous les coups, on gagne » ou presque… il y a les valeurs sûres et les monstres sacrés… et comme au cinéma, il y a des vrais paris et les faux défis, des coups de cœur et des coups de gueules… comme au cinéma, il ne faut pas se fier aux apparences, parce qu’il il y a ceux qui trichent et qui gagnent, ceux qui ne trichent pas, qui ne gagnent pas, ceux qui gagnent sans jouer et ceux qui jouent simplement pour jouer..

Comme au cinéma, il y a déboires et des affamés, des infortunes, et des vertus, de l’émotion et des sensations de vrais pleurs et de faux grincements de dents, de vrais coups de cornes et de beaux coups de griffes, il y a… il y a…

Il y a que l’on aime le cinéma comme on aime la corrida… pour toutes ces raisons mais aussi parce qu’il y a Godard et qu’il y a Spielberg, qu’il y a Luc Moullet et qu’il y a James Bond, les coréens d’aujourd’hui et les vieux russes d’hier, qu’il y a le très jeune Resnais et l’ancien René Clair, L’exigeant et difficile Bresson et le plus facile et populaire Jugnot,

comme il y a Nîmes, mondaine et flamboyante, et Arles, secrète et juste un peu snob, Vic, sévère et difficile, Céret, austère et intraitable, et Istres, jubilatoire et un peu folle.. qu’il y a a Mont-de-Marsan, la festive, qu’il y a aussi Bayonne, l’ancienne et Dax et sa gouaille gourmande …

Qu’il y a les valeurs sûres, la joie, l’émotion et la reconnaissance de Séville, les stars, la gloire, la peur et les silences de Madrid, les fulgurances et les outrances de Valence… et qu’il y a toutes les autres places cachées et passionnées, comme il y a des cinémas de quartiers, des cinémas d’art et essais et des cinémas de plein air…

Et surtout, il y a les hommes, ceux que l’on croise sur les écrans, dans les arènes, qu’on connaît, qu’on ne connaît pas, que l’on rêve de croiser, qu’on voudrait connaître, qu’on espère, qu’on attend, qu’on attend plus, qu’on aime et qu’on déteste, ou l’inverse…

La tauromachie c’est beau comme le cinéma… enfin presque…

Parce que dans les arènes, il y a la vraie vie et la mort aussi pour de vrai, à la fin…et là c’est plus du cinéma !

Partager cet article

Repost 0
Published by Emma Falubert
commenter cet article

commentaires