Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2012 7 11 /03 /mars /2012 19:37

Ils sont venus, ils sont tous là, venus non pas du Sud de la place d’Italie mais direct de chez Jenny… pour la réunion du Ruedo Newton : les membres du plus prestigieux et du plus ancien Club Taurin de la Capitale sont en effet venus en nombre, (sans doute  pour soutenir un des leurs). En fait de Putsch, (le président est parano) tout se passera bien, et au contraire la rencontre fut fraternelle ; pas de putsch, donc et en bons camarades, nous avons tous passé une belle soirée. Il y avait là en fait des membres des 4 clubs Taurins à Paris. Chacun de ces clubs, avec son identité et son ADN, entretient l’aficion de ses membres encartés, cultivant son ambiance spécifique : Culturaficion dans  ses salles de Danse, Le CTP et sa célèbre choucroute ibérique, La Quérencia, un peu plus secrète (notamment sur l'annonce de ses cartels (!?)) et plus au Nord que les trois autres et le Ruedo Newton, le plus jeune, tout à l’Ouest, pas loin du Ruedo de l’étoile et à une demie heure de cheval de la rue Pergolèse… Tous sont là, mais le CTP un peu plus… ( parano, je vous dis, le président)... et c’est tant mieux, au Ruedo, nous sommes contents. La tradition taurine à Paris est bien vivante et ininterrompue depuis… peut être depuis le passage de Manzzatini… lorsqu’il obtint un succès triomphal lors de l'inauguration des arènes de la rue Pergolèse à Paris, le 10 août 1889, aux côtés d'autres figuras espagnoles, Frascuelo et Lagartijo, dont il est question dans le livre de Zumbiehl.

Les encartés des 4 clubs sont là, donc, plus quelques autres curieux et ouverts, venus pour cette rencontre des 2 Z en forme de mano a mano, ce dialogue utile et constructif, à l’occasion de la sortie de « Une brève Histoire de la Corrida ». Ce petit livre, très dense,  qui vous réconcilie avec tous les gros livres d’Histoire, Histoire de la corrida, ou de tout autre chose d’ailleurs. Zumbiehl avec le H en avant dernière lettre, raconte cette histoire, non pas en nous assommant d’anecdotes et de pittoresques détails  mais au contraire, en allant à l'essentiel et en traçant depuis « les grottes d’Altamira au Paléolithique (…) jusqu’au toro de Osborne », les grandes lignes d’une Histoire qui nous regarde parce que n’en déplaise aux ignorants et aux menteurs, en Espagne, depuis ce paléolithique, « sans rupture jusqu’à aujourd’hui, le taureau habite les étendues, l’histoire et la culture vivante ».

Et comme le dira Zocato, ce grand petit livre est construit comme une lame aiguisée qui découpe, avec précision et une économie de moyen ( 129 pages !) traitant précisément à chaque chapitre d’une question fondamentale : la corrida et le sacré, la corrida et la politique, et l’église, la corrida est elle un art ? l’histoire des Toros, des interdits et des interdictions…etc. En quelques pages, au scalpel de son érudition et de son esprit de synthèse, l’auteur remet en place les éléments de réponses à toutes ces grandes questions. Zocato le soulignera aussi ce livre écrit entre 2010 et 2011 est prémonitoire, on y trouve plusieurs fois des éléments qui pourraient s’appliquer à ce qui se passe aujourd’hui…

Et puis au cours de ce brillant mano à mano, Les deux Maestros nous aussi régalés à l’évocation de ces grandes figures disparues qui habitent cette histoire, non pour le simple plaisir des histoires, mais parce qu’aujourd’hui, il est clair que leurs folies, leurs passions et leurs excès nous manquent, tant dans les Ruedos tout semble trop convenu et les fulgurances de l’inattendu et de l’imprévisible absentes. 

Un grand livre, tout petit dans son format et sa pagination… une jolie collection ouverte sur beaucoup d’autres sujets, un éditeur à suivre… quant à l’auteur on attend le prochain livre avec impatience… pourquoi pas une anthropologie des légendes taurines ?

Et pour finir on partagera  cette aveu « Si je m’en tiens à mon propre vécu, je pense que cette aficion, que je n’ai pour l’instant pas perdue, constitue la manière la plus radicale de replonger dans le monde de l’enfance, d’y retrouver, presque intacts, les archétypes de nos peurs, de nos rencontres avec la mort et de nos désirs de victoire sur le temps » F.Zumbiehl, Une brève Histoire de la Corrida aux éditions JC Béhar.

Partager cet article

Repost 0
Published by Emma Falubert
commenter cet article

commentaires